Dead Men Tell No Tales…

Les amateurs de parcs thématiques ont entendu cette phrase mythique à nombreuses reprises à l’intérieur des murs de l’attraction Pirates des Caraïbes. Il aura fallu 5 films pour en faire l’intrigue principale d’un des films de la franchise.

Capitaine Jack Sparrow est de retour alors que le vent de la malchance souffle encore plus fort en sa direction, lorsque des fantômes de marins meurtriers, menés par le terrifiant Capitaine Salazar, s’échappent du Triangle des Bermudes, déterminés à tuer tous les pirates en mer, dont notamment Jack.  Le seul espoir de Jack se trouve dans le légendaire Trident de Poséidon, mais afin de le trouver, il devra former une alliance désagréable avec Carina Smyth une magnifique et intelligente astronome, et Henry Turner, fils de Will, un jeune marin entêté prêt à tout pour libérer son père d’une malédiction. À la barre de son petit et minable navire, le Dying Gull, Capitaine Jack aspire à non seulement renverser sa mauvaise fortune, mais à sauver sa propre vie face au plus méchant et redoutable ennemi qu’il ait jamais affronté.

Un peu comme tout le monde, j’avais été conquis par le premier chapitre des aventures du Capitaine Jack, amusé par les deux suivants et un peu déçu par La Fontaine de Jouvence.

J’avais donc très hâte de renouer avec nos pirates préférés afin de constater si la franchise était de retour sur les rails pour cette nouvelle (et dernière ?) aventure. Le résultat n’est pas parfait mais tout de même plus intéressant que l’épisode précédent.

On se retrouve en territoire connu, la majorité des personnages que l’on connaît et aiment s’y retrouvent, des nouveaux personnages se greffent à la bande et apportent une belle fraîcheur, mais on ne retrouve pas ce petit ‘’je ne sais quoi’’ qui avait fait de La Malédiction de la Perle Noire un succès sur toute la ligne.

La toute première scène est vraiment bien réussie, beaucoup d’action, de rires, des cascades, bref, tout ce que l’on veut voir dans un film de pirates. La bataille finale est aussi intéressante avec des effets spéciaux grandioses et se déroule à un rythme effréné. Le capitaine Salazar est un excellent vilain avec une raison valable d’en vouloir à Jack et l’intrigue principale est très intéressante alors que chacun des personnages partant à la recherche du Trident de Poséidon le font tous pour des raisons différentes. En fait, si on ne s’en tient qu’à l’histoire principale, le film est assez réussi. Le problème se situe dans plusieurs scènes qui n’apportent absolument rien à l’histoire et dérogent de l’intrigue. Le meilleur exemple est la scène du mariage sur une île en plein cœur de l’océan. Cette scène n’a aucun impact sur le déroulement de l’intrigue, sur la suite de l’histoire et on n’en refait plus jamais mention. À part ajouter 10 minutes au film, difficile de dire ce que cette séquence apporte de plus. Et ce n’est qu’une scène parmi tant d’autres. Souvent, à vouloir faire des films de plus de deux heures, on étire la sauce.

La plus grande déception est de voir à quel point Jack Sparrow est devenu le personnage le moins intéressant de la saga. Johnny Depp est devenu une caricature de lui-même dans ce rôle et le personnage n’a qu’une seule dimension : un pirate en état d’ébriété qui s’en sort toujours grâce à la chance et aux autres et qui malheureusement ne sert plus qu’uniquement à créer des moments humoristiques. Avec ce probable dernier tour de piste il aurait été intéressant d’amener le personnage ailleurs, de le faire évoluer et qu’il ait un réel impact sur le sort des différents personnages.

Par chance, les nouveaux personnages de Carina et Henry ont une importance majeure sur le destin de l’équipage et on s’attache rapidement à eux ce qui n’est pas toujours le cas lorsqu’on tente d’introduire des nouveaux éléments à une distribution toute étoile.

Point important : on nous avait annoncé le retour de deux personnages importants de la saga joués par Orlando Bloom et de Keira Knightley. Si pour vous le retour de ces personnages est votre seule et unique raison d’aller voir le film, restez à la maison ! Orlando n’apparait que dans deux scènes et la présence de Keira est comparable à celle de Mark Hamill dans The Force Awakens…

“Pirates des Caraïbes : Les morts ne racontent pas d’histoires” se veut tout de même un bon divertissement qui connaîtra sans aucun doute beaucoup de succès aux guichets.