Par Marie-Christine Hamel

Cette attraction a un caractère très spécial au sein du Tomorrowland. Elle a été pensée par M. Disney lui-même qui l’a présenté au New-York Fair de 1964-1965 (Foire internationale de New-York) où elle était l’attraction du pavillon « General Electric ». À l’époque elle portait le nom de Progressland Carousel Theater. Après la foire, l’attraction fût transférée au parc Disneyland en Californie où elle y resta du 7 Juillet 1967 au 9 Septembre 1973 puis elle fût transférée au Magic Kingdom du Walt Disney World où elle ouvrit officiellement ses portes le 15 Janvier 1975.
Sans plus tarder, je vous parle de cette fascinante attraction qu’est le Carousel of Progress. Tout d’abord, lorsque vous franchissez les portes de l’attraction, il y a devant vous un rideau vert. Il se soulève et fait place au logo de l’attraction. Un narrateur parle de l’attraction et fait un survol historique de l’attraction. Il y est entre-autre mentionné que Walt aimait l’idée du progrès et les familles américaine. Homme patriotique, il a voulu retrouver ces 2 éléments dans son attraction. On fait aussi mention que ce spectacle a eu le plus de performance dans un théâtre que n’importe quel autre spectacle en amérique (« More performance than any other stage show in the history of american theater).
En tout, l’attraction est divisée en 6 différents tableaux qui montrent l’évolution technologique au début du 20e siècle. À chaque tableau, vous verrez un homme, son chien Rover, sa femme et ses 2 enfants (ce sont tous des audio-animatronics) qui sont à une période précise et l’homme explique les nouvelles avancées technologiques de l’époque.
Le 2e tableau est à la St-Valentin aux alentours de 1900. On voir une pompe pour puiser l’eau, un poêle au charbon, un ancien téléphone par exemple. On parle entre autres qu’il est maintenant possible de faire le trajet de New-York jusqu’en Californie en moins de 7 jours par train et qu’il y a des bâtiments de 20 étages de hauteur. On parle des débuts de l’aviation et le père se moque de cela car il dit que c’est impossible. Puis, le tableau change mais vous découvrirez avec étonnement que c’est le parterre qui bouge et non la scène centrale. S’ensuit ensuite la chanson des frères Sherman : « There’s a great beautiful tomorrow », disons que vous n’êtes pas prêts de l’oublier car l’homme la chante après chaque scène.
Le 3e tableau se passe vers 1920 un 4 Juillet. On voit l’évolution des électroménagers. La famille a maintenant un réfrigérateur. On voit des fils électriques qui pendent partout au plafond. L’homme parle des avancés de l’époque et c’est cocasse d’entendre certains faits qui sont pour nous des acquis aujourd’hui tel que conduire un avion au-dessus de l’atlantique. Le transport en train de New-York vers Los Angeles est maintenant fait en 3 jours.
Le 4e tableau se déroule à l’halloween vers 1940. La famille a un réfrigérateur nouvelle mode, un lave-vaisselle et une télévision.
Le 5e tableau est présenté comme étant le futur que Walt imaginait. Cette fois-ci la famille est présentée à Noël. Le petit fils joue à un jeu vidéo futuriste avec sa grand-mère. Ils portent un casque et des lunettes ainsi qu’une manette à même leur main qui leur permet de bouger leur vaisseau spatial dans leur jeu vidéo et ce, sur une télévision géante à écran plat. À la cuisine on y voit un ordinateur et un four à commande vocale.
Finalement, le dernier tableau est comme le tout premier, un rideau vert avec le logo de l’attraction. Un narrateur remercie les spectateurs d’être venus dans l’attraction et leur souhaite « a great beautiful day ».